Le parfum : une identité, un sillage

Choisir un parfum est le signe d’une personnalité ou de celle que l’on veut montrer de soi. Que l’on y soit fidèle ou que l’on en change régulièrement, voir quotidiennement, cela aussi est un signe. Un geste familier qui  cache ce qu’il y a derrière de travail, de recherche et de passion.

Le parfum nous charme, nous envoute ou nous repousse, nous n’y sommes jamais indifférents car sa composition est toujours soigneusement étudiée et chaque grand parfum possède une identité (sa puissance) et un sillage (signe de reconnaissance). Les grands parfumeurs cultivent leurs propres champs de fleurs, ou réservent des récoltes entières pour le seul délicieux plaisir d’essayer d’en capturer les senteurs subtiles à la source. A Grasse, la rose centifolia et le jasmin sambac, sont parmi les fleurs cultivées et réservées par les plus grands parfumeurs français. Leurs extraits sont les meilleurs au monde, résultat d’un savoir faire qui se transmet de générations en générations. La soeur de Christian Dior y cultivait son champ de roses.

Il est d’ailleurs question d’éthique chez les grands parfumeurs qui soignent particulièrement leurs filières, françaises et internationales (Inde, Turquie, Maroc, Nouvelle Calédonie…), et veillent à ce que ces cultures soient le résultat d’un travail rigoureux et respectueux de l’environnement mais aussi des hommes et des femmes qui y travaillent.

Un parfum est aussi la marque d’une époque. Depuis la nuit des temps les chercheurs de précieuses essences parcourent le monde pour notre enchantement. Si son utilisation est ancestrale, les extraits et senteurs ont évolué au cours des siècles et des dernières décennies. Nous sommes ainsi passés de la résine de myrrhe et de l’encens il y a 3500 ans aux senteurs florales d’aujourd’hui, en passant par le vétiver, le patchouli et le musc…

Enfin, nous recherchons depuis toujours les secrets des philtres d’amour. N’en doutons pas, ils passent par le parfum qui devient alors aphrodisiaque. Sentir « divinement bon » n’est-ce pas déjà un pas vers le paradis amoureux?